Catégorie : Le mot du Père Curé

Le Mot du Père Curé

Chers amis,

Plus encore qu’au printemps, la nature d’automne est flamboyante des multiples couleurs dont se parent les arbres et les vignes. Elle semble s’être revêtue de sa parure de fête pour célébrer la rentrée des moissons et la fin des vendanges. Elle nous offre un ultime ravissement d’ocres, de jaunes et de rouges avant de s’endormir dans le long sommeil hivernal. Les feuilles seront bientôt emportées par les bourrasques et les pluies cévenoles ; les soirées se rallongent, le froid fait son apparition ; les brouillards d’automne étendent leur voile sur les campagnes, et couvrent le sommet des montagnes d’un bonnet de grisaille.

L’Eglise célèbre elle aussi, un « automne ecclésial ».

Lire plus

Le Mot du Père Curé

Chers frères et sœurs,

Le 13 octobre se clôtureront les célébrations du centenaire des apparitions de la Vierge Marie aux trois bergers de Fatima – Lucie, François et Jacinthe – qui se déroulèrent du 13 mai au 13 octobre 1917 (l’année de la révolution communiste en Russie). Fatima est sans aucun doute la plus prophétique des apparitions modernes. Le 13 juillet 1917, la Vierge délivre un message comportant trois secrets, que les enfants sont priés de ne pas révéler immédiatement. Ce n’est qu’en 1941 que la Vierge Marie autorise la divulgation des deux premiers ; il faudra attendre l’an 2000 pour connaître le contenu du troisième, à l’initiative de Saint Jean Paul II.
Le premier secret consiste dans la vision de l’enfer, accompagnée de la demande de la Vierge Marie, d’établir la dévotion à son Cœur Immaculé pour sauver les âmes s’acheminant vers ce lieu de souffrances.

Lire plus

Le Mot du Père Curé

Chers amis,
Il parait que les enfants poussent leurs parents à préparer de plus en plus tôt leur cartable de  rentrée des classes ! Excès de zèle ou prudence, voire sagesse ? Optons pour la dernière explication, et… faisons de même !
Je propose qu’en ce début d’année, nous mettions tout notre effort sur la catéchèse.
N’est-ce pas le fer de lance de l’évangélisation ? Si nos petits n’entendent plus parler du Jésus de l’Évangile, comment pourront-ils transmettre la foi aux générations futures ?
C’est précisément pour permettre au plus grand nombre de découvrir la proposition de catéchèse offerte dans notre paroisse, que nous avons essayé de décentraliser les inscriptions et de les proposer – autant que faire se peut – dans les villages. Ainsi les parents n’auront même plus à se déplacer pour inscrire leur enfant au caté !
Vous trouverez dans ce bulletin les lieux où se feront les inscriptions dans les divers clochers. Tous ne sont pas (encore) représentés, mais nous ferons mieux l’an prochain ! Les dates et les horaires sont unifiés sur l’ensemble de la paroisse : les mardis 5 et 12 septembre, de 17h à 18h (voir le tableau dans le bulletin).

Lire plus

Le Mot du Père Curé

L’été est traditionnellement le temps de la transhumance : pour peu que nous en ayons les moyens, nous cherchons spontanément à nous dépayser quelques jours pour « casser » le rythme des activités quotidiennes et nous sortir de nos repères géographiques habituels. Nous savons tous par expérience combien ce genre de « dépaysement » est bénéfique : il apporte un véritable rafraîchissement du corps et de l’âme, comme si prendre de la distance par rapport à notre environnement quotidien nous aidait à déposer le fardeau de nos soucis. Il serait vraiment trop dommage que ce dépaysement ne porte ses fruits qu’au niveau physique et psychologique, et ne nous rafraîchisse pas aussi l’esprit ! D’autant plus que « l’exode d’été » est tout indiqué pour réveiller en nous l’attitude fondamentale du chrétien : ne sommes-nous pas des pèlerins du Royaume, en marche vers la Cité du Dieu vivant, où le Père nous attend ? Il ne tient qu’à nous que ce temps de vacances soit également fécond pour notre vie de foi, qu’il nous aide à sortir d’une piété qui s’est peut-être un peu refroidie en cours d’année ; qu’il favorise une salutaire prise de distance par rapport aux inévitables « disputes de clocher(s) » ; qu’il nous permette de dédramatiser d’éventuelles tensions, et surtout : qu’il nous aide à retrouver le chemin de l’intériorité.

Lire plus

Le Mot du Père Curé

Le mois de juin – traditionnellement consacré au Sacré-Cœur, est aussi le mois des « premières » communions, de la profession de foi, de nombreux baptêmes et mariages, bref un mois au cours duquel les sacrements sont largement dispensés. Tout sacrement est un « signe efficace du salut », c’est-à-dire un moyen privilégié par lequel le Seigneur nous dispense sa grâce, ou encore : se communique à nous dans l’Esprit de Pentecôte, cet Esprit dans lequel nous serons tous renouvelés lors du grand rassemblement diocésain (des 3 et 4 juin au Zénith de Montpellier). Mettons tout notre cœur à rendre grâce à Dieu pour les 450 confirmands et pour l’ordination des trois diacres et trois prêtres, dont le Seigneur fait don à notre Église ! Après des années de disette, puissent-ils être les prémices du renouveau que nous espérons ardemment.

Lire plus

Le mot du Père Curé

Mai : le « mois de Marie »

Depuis notre tendre enfance, nous avons entendu dire que le mois de mai est consacré à la Vierge Marie. Nous découvrons les premières traces de cette dévotion au XIIIe s. : dans un hymne adressé à la Reine des cieux, le roi de Castille, Alphonse X le Sage (1239-1284) avait déjà associé la beauté de Marie au mois de mai. Au siècle suivant, le Bienheureux Henri Suzo (1295-1366) offrait des couronnes de fleurs à la Vierge Marie le 1er mai. Et au XVIe s., Philippe Néri (1515-1595) exhortait les jeunes à manifester leur dévotion mariale tout particulièrement au cours de ce même mois de mai.
L’actuel « mois de Marie », vit le jour à Rome au XVIII
e siècle, sous l’impulsion de zélés jésuites, qui invitèrent les fidèles à contempler et à imiter les vertus de la Mère de Jésus, à raison d’une vertu par jour, tout au long du mois de mai.
Mais tout cela ne répond toujours pas à la question : pourquoi le mois de mai ?

Lire plus

Le Mot du Père Curé

Le mois d’avril sera particulièrement riche au point de vue liturgique, puisque nous allons suivre Jésus dans sa Passion (du 9 au 15.IV), accueillir le Christ Ressuscité (15.IV), et célébrer la fête de la Miséricorde (23.IV, qui coïncidera avec le premier tour des élections présidentielles). « Pâque » vient de (l’hébreu) « Pessa’h », le « passage », fête juive qui célèbre la sortie d’Égypte du peuple hébreu. La Pâque juive est célébrée le jour de la pleine lune de printemps, c’est-à-dire la première pleine lune après l’équinoxe (21 mars). Or selon le quatrième Évangile, Jésus a été crucifié la veille de la Pâque, qui se célébrait cette année-là un jour de sabbat (samedi). C’est pourquoi le Concile de Nicée (325) statua que la résurrection de Notre Seigneur serait fêtée le dimanche suivant la pleine lune de printemps, à une date qui peut varier entre le 22 mars et le 25 avril.

Lire plus

Le Mot du Père Curé

Chers amis,
C’est sous le patronage de Saint Joseph (honoré particulièrement durant le mois de mars, et fêté cette année le 20 au lieu du dimanche 19) que nous prenons le chemin du Carême, qui nous conduira aux célébrations du Mystère central de notre foi : le Mystère de la passion, de la mort et de la résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ. Le Carême, occasion providentielle de conversion, nous invite et nous aide à contempler cet étonnant mystère de solidarité divine : le Fils de Dieu prend chair de notre chair, afin de pouvoir offrir sa vie en holocauste d’amour, pour le salut du monde. Il nous a tous récapitulés en Lui (Ep 1,10), afin de faire de nous des fils et des filles de Dieu son Père, rassemblés en une même famille (Ep 2,19). Là où Caïn a failli, Jésus se présente comme le « gardien de chacun de ses frères » (Gn 4,9 ; Jn 20,17), et il attend de nous que nous fassions de même.

Lire plus

Le mot du Père Curé

Nous entrons dans le mois – en principe – le plus froid de l’année. C’est aussi celui des grippes (qui sont déjà bien installées !) et d’une manière plus générale des « coups de fatigue ». Sans doute parce que notre vitalité (comme celle des plantes et des animaux) est ralentie, de sorte que les activités extérieures nous demandent plus d’efforts. Pourquoi dès lors ne pas consentir à ce mouvement d’intériorité et à ce recueillement auxquels la nature nous invite ? Non seulement en rallongeant nos heures de sommeil, mais surtout en prenant le temps d’écouter le murmure de l’Esprit dans le silence de nos cœurs. La liturgie nous y appelle d’ailleurs avec insistance : la fête de Présentation du Seigneur au Temple (2 février), nous offre la Lumière du Verbe, venu illuminer nos ténèbres intérieures ; et la fête de Notre Dame de Lourdes (le 11) tourne nos regards vers ceux pour qui la vie est parfois un combat quotidien : je pense à tous ceux qui « complètent en leur chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son Corps qui est l’Église » (Col 1,24).

Lire plus

Le mot du Père Curé

Chers amis,
L’Équipe d’Animation Pastorale (EAP) et moi-même nous vous présentons nos meilleurs vœux : puissions-nous garder précieusement tout au long de l’année, « l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix » (Ep 4,3). Pour relancer notre enthousiasme missionnaire, il est bon de rendre grâce à Dieu pour la vitalité de notre paroisse. Certes la moyenne d’âge de nos assemblées demeure élevée, mais la vitalité dont je parle n’est pas celle de la nature, mais de la grâce, qui se manifeste dans une foi vivante par la charité. C’est à la croissance de l’amour de Dieu et de la charité fraternelle, que nous pouvons évaluer notre progrès spirituel et notre fécondité apostolique. Dans ce domaine, comment ne pas citer le dynamisme des équipes du MCR, du rosaire, du renouveau, des groupes de lecture de la Parole, des Fraternités missionnaires ; la fidélité des visiteurs de malades, des animateurs des messes en maison de retraite ; la constance des membres de l’ATAC et du Secours Catholique ; la générosité des « petites mains » qui accomplissent discrètement les mille travaux du quotidien ; l’engagement des groupes de préparation et d’animation liturgique ; la fidélité des sacristain(e)s, etc., etc. L’attention discrète à l’autre, même inconnu, que nous côtoyons chaque jour, le souci d’anticiper ses besoins, sont des signes certains de la présence agissante de l’Esprit dans nos vies. Aussi nous voudrions mettre l’insistance dans l’année à venir, sur « la solidarité de proximité ».

Lire plus