Le Mot du Père Curé

MESSAGE DE CARÊME DU PAPE FRANCOIS (extraits)

Chers Frères et Sœurs,

Chaque année, pour nous préparer à la Pâque du Seigneur, la Providence de Dieu nous offre le temps du Carême, signe sacramentel de notre conversion. Je souhaite inviter l’Eglise entière à vivre ce temps de grâce en s’inspirant du verset : « À cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira » (Mt 24,12).

Jésus décrit la situation dans laquelle certains faux prophètes tromperont beaucoup de  personnes, au point d’éteindre dans les cœurs la charité. Ces faux prophètes utilisent les émotions humaines pour séduire par l’attraction des plaisirs fugaces confondus avec le bonheur, ou par l’avidité de l’argent, qui se transforme en violence à l’encontre de l’enfant à naître, de la personne âgée malade, de l’hôte de passage, de l’étranger. D’autres proposent de faux remèdes à la souffrance, tels que la drogue, les relations « use et jette », les gains malhonnêtes. D’autres enfin invitent à s’immerger dans une vie virtuelle privée de sens.

Hélas, l’amour se refroidit également dans nos communautés : l’acédie égoïste, le pessimisme stérile, l’isolement, les conflits fratricides, la mentalité mondaine… C’est pourquoi j’invite tout particulièrement les membres de l’Eglise à entreprendre avec zèle ce chemin du carême, soutenus par l’aumône, le jeûne et la prière. En consacrant plus de temps à la prière, nous découvrirons les mensonges secrets par lesquels nous nous trompons nous-mêmes, et nous chercherons notre consolation en Dieu notre Père, qui veut nous donner la vie. La pratique de l’aumône libère de l’avidité et aide à découvrir que l’autre est mon frère : ce que je possède n’est jamais seulement mien. Comme je voudrais que l’aumône puisse devenir pour tous un style de vie authentique ! Comme je voudrais que nous suivions l’exemple des Apôtres, et que le partage de nos biens avec les autres devienne un témoignage concret de la communion en l’Eglise. Chaque aumône est une occasion de collaborer avec la Providence de Dieu envers ses enfants. Le jeûne enfin réduit la force de notre violence ; il nous permet d’expérimenter ce qu’éprouvent ceux qui connaissent les affres de la faim ; il nous réveille, nous rend plus attentifs à Dieu et au prochain ; il représente la condition de notre âme, affamée de bonté et assoiffée de la vie de Dieu.

L’initiative des « 24 heures pour le Seigneur », qui nous invite à célébrer le sacrement de Réconciliation pendant l’adoration eucharistique, se déroulera les vendredi 9 et samedi 10 mars. Dans tous les diocèses, il y aura au moins une église ouverte pendant 24 heures qui offrira la possibilité de l’adoration eucharistique et de la confession sacramentelle. Je vous bénis de tout cœur et je prie pour vous. N’oubliez pas de prier pour moi.

FRANÇOIS